Nouvelles

Nomination d'un ancien

NOMINATION D'UN ANCIEN

Toutes nos félicitations à Monsieur Guindo-boursier du PCBF de 2011 à 2013 et diplomé de la Maitrise en gestion des ressources humaines de l’ENAP qui a été promu Directeur des ressources humaines du Ministère du Développement rural du Mali.


Titulaire d’une maitrise en droit public, j’ai intégré la Fonction publique du Mali en 1992 et été mis à la disposition de la Direction nationale de la Fonction publique et du Personnel. J’ai successivement été chargé de dossiers, chef de section du Contentieux, de la Discipline et de la Formation pendant dix ans avant d’être nommé Chef de la division du personnel de 2008 à 2011. Au niveau de cette division, j’étais chargé de l’administration et de la gestion des ressources humaines de l’État. Vous constatez que j’ai travaillé pendant plus de vingt ans dans le domaine de la gestion des ressources humaines sans en être un spécialiste.

Profitant de l’occasion offerte par le Programme canadien de bourses de la Francophonie (PCBF), j’ai été sélectionné pour une spécialisation en administration avec concentration en Gestion des ressources humaines à l’École nationale d’administration publique (ENAP) du Québec, en 2011. Pendant deux ans, j’ai bénéficié d’une formation pointue en administration et d’une bonne expertise des organisations canadiennes en matière de gestion des ressources humaines.

En novembre 2014, j’ai été nommé directeur des ressources humaines du secteur du Développement rural. La formation de l’ENAP a été déterminante sinon essentielle dans ma nomination à ce poste; elle est en parfaite adéquation avec mes nouvelles fonctions. Chargé du secteur très vaste et sensible qu’est le développement rural, pour qui connait le Mali (un pays à vocation agropastorale), le responsable des ressources humaines apporte un appui-conseil aux premiers responsables des secteurs de l’agriculture, de l’environnement et du développement durable. Il assure également le suivi du système d’information et de communication, applique la législation en matière de gestion des ressources, etc.

Le PCBF m’a permis de recevoir une formation de niveau universitaire bien pointue. J’y ai acquis de nouvelles expériences à travers des échanges culturels : pendant deux ans, j’ai côtoyé plusieurs nationalités, toutes bénéficiaires du même programme. J’ai surtout beaucoup apprécié l’expertise des professeurs de l’ENAP. De grands « commis de l’État » ayant occupé de hautes fonctions au Canada nous ont accompagnés dans un système éducatif atypique (un véritable coaching) permettant à chaque étudiant d’acquérir des connaissances théoriques et pratiques dans son domaine.

Il faut aussi reconnaitre que la société canadienne constitue un facteur non négligeable d’apprentissage dans ce beau pays. J’ai découvert un peuple très accueillant au service du citoyen. Comme j’ai l’habitude de dire à mes camarades de promotion, au Canada vous étudierez, car toutes les conditions sont réunies pour que vous le fassiez.

Aux futurs candidats, je dirai « profiter de l’occasion d’apprentissage au Canada qui vous est offerte, car vous découvrirez un système éducatif mixte (francophone et anglo-saxon) qui est très profitable à nos États en voie de développement. Les échanges avec plusieurs nationalités constituent en soi une formation. Après votre formation dans ce pays, songez surtout à retourner dans le vôtre, car vous serez plus utiles pour votre pays et vous comprendrez, au retour, que vous avez fait œuvre utile ».

© Tous droits réservés. Programme canadien de bourses de la Francophonie 2018
Réalisation de Distantia