Nouvelles

Une boursière des Seychelles présente une communication dans deux événements scientifiques

UNE BOURSIÈRE DES SEYCHELLES PRÉSENTE UNE COMMUNICATION DANS DEUX ÉVÉNEMENTS SCIENTIFIQUES


Boursier: Gilberte Isabelle Marie GENDRON
Cohorte: 2015
Programme:
Établissement: Université du Québec à Rimouski
Niveau de formation:

Mme Gilberte GENDRON, boursière des Seychelles de la cohorte 2015 à la maîtrise en océanographie à l'Université du Québec à Rimouski, présente les résultats de sa recherche dans 2 communications scientifiques : une affiche et une communication orale. Elle a présenté une affiche à la réunion annuelle des ressources aquatiques Québec qui a eu lieu les 22 et 23 novembre 2017. Son affiche scientifique est ci jointe. Elle a présenté sa communication orale au Congrès de la Société Canadienne de Zoologie (SCZ) du 15-19 mai 2017 à l'université de Manitoba à Winnipeg.


Affiche présentée (cliquer sur l'image)

 

 

 

Résumé de la communication orale :

 

L’effet du son des bateaux sur le comportement alimentaire des larves de plie rouge (Pseudopleuronectes americanus)

Gilberte Gendron1, Aurélie Jolivet2, Fréderic Olivier1, 3, Réjean Tremblay1, Céline Audet1

1Institut des Sciences de la Mer, Université du Québec à Rimouski (UQAR-ISMER)

2TBM environnement/Somme, 115 rue Claude Chappe, Technopole Brest Iroise, F-29280 Plouzané, France

3Muséum national d’Histoire naturelle, (UMR BOREA 7208, CNRS/MNHN/UPMC/IRD, Station Marine de Concarneau, Place de la Croix, BP 225, 29182 Concarneau cedex, France

La plie rouge (Pseudopleuronectes americanus) est une espèce de poisson plat qui se trouve dans des zones peu profondes de la côte Est de l’Amérique du Nord. C’est une espèce ciblée par la pêche côtière et des déclins de population ont été observés tant au Canada qu’aux États-Unis. Comme cette espèce utilise des habitats où l’activité humaine est importante, elle constitue un bon modèle pour évaluer les effets des bruits anthropiques sur la faune marine. La présente étude a pour objectif de déterminer si un bruit anthropique émis par un bateau de pêche affecte le comportement alimentaire chez cette espèce et particulièrement durant la période larvaire alors que les individus sont pélagiques. Les données morphométriques des estomacs démontrent des plus petits tailles en présence de son, donc indiquent que les larves s’alimentaient moins en présence de bruit anthropique. Les mesures comportementales sont en accord avec les mesures de l'estomac, car les larves soumises au bruit avaient des taux de comportement de chasse significativement plus faibles. Le son a un effet négatif sur le comportement alimentaire des larves. 

© Tous droits réservés. Programme canadien de bourses de la Francophonie 2017
Réalisation de Distantia