Nouvelles

Une boursière sénégalaise fait une communication scientifique .

UNE BOURSIÈRE SÉNÉGALAISE FAIT UNE COMMUNICATION SCIENTIFIQUE .


Boursier: Ndiogosse SOCÉ
Cohorte: 2015
Programme: Aménagement
Établissement: Université de Montréal
Niveau de formation:

Mme Ndiogosse SOCÉ, boursière du Sénégal (cohorte 2015) au doctorat en aménagement à l'Université de Montréal, a effectué une communication scientifique au sommet mondial du Design qui s'est tenu du 16 au 25 octobre 2017 à Montréal.


La problématique de l’urbanisation s’accentue de plus en plus dans les pays en développement notamment ceux africains (Damon, 2016). Cette situation est valable à Dakar qui fait face à une forte urbanisation, relançant de ce fait le débat existant sur la place de l’agriculture dans la ville à savoir : est-ce que les espaces agricoles sont pertinents en milieu urbain où les besoins de développement sont importants ? Dans ce contexte, la multifonctionnalité est apparue comme un concept pertinent, car pour certains chercheurs, elle permet de valoriser davantage l’agriculture. Cette question est d’autant plus importante à poser pour une région urbaine comme Dakar, capitale du Sénégal qui n’occupe que 0,3% du territoire national alors qu’il regroupe 23,2% de la population nationale (ANSD, 2013). Sa situation géographique de presqu’île n’aidant pas, la région est obligée de se développer sur sa partie orientale où se retrouve l’essentiel des terres agricoles urbaines qui fournissent une production maraichère couvrant 60% de la demande régionale en plus des productions floricoles, avicoles qui même font l’objet d’exportations en sus de couvrir la demande locale (Diao, 2004).

Notre contribution consiste à présenter notre projet de thèse qui tourne autour du concept de la multifonctionnalité appliquée à l’agriculture intra et périurbaine dans le contexte de Dakar. Il s’agit dans ce sens de sortir du couplage systématique de la multifonctionnalité avec le monde rural pour l’appliquer au milieu urbain et dans le contexte d’un pays en développement lorsque ce concept est plus usité dans les pays développés qui ont d’ailleurs été à l’origine de la valorisation de celui-ci. On se retrouve dans la perspective de Fleury et Moustier (1999) pour qui l’agriculture pour s’intégrer en milieu urbain doit devenir une « infrastructure de la ville durable ».  Ainsi, la pertinence d’un tel thème réside dans la compréhension d’un contexte de transformation de l’espace et des besoins urbains d’une ville d’un pays en développement. Les questions que nous posons sont de savoir : qu’est-ce que cette agriculture exercée dans la ville peut apporter comme contribution positive à cette transformation de l’espace et des besoins des urbains dakarois ? Ce qui implique de savoir quelle est la place accordée à cette agriculture dans les politiques publiques en termes de renforcement de ses capacités. Qu’est-ce que les populations attendent d’une telle agriculture pour l’aménagement de leur espace ou l’amélioration de leurs conditions de vie ? Les agriculteurs sont-ils conscients du rôle qu’ils peuvent jouer dans le développement économique et social de la ville ? En effet, la multifonctionnalité de l’agriculture est définie par les fonctions que la société lui assigne (Huylenbroeck et al., 2007).

En d’autres termes, il s’agit de voir comment la multifonctionnalité de l’agriculture s’opère à Dakar. Dans ce sens nous visons à procéder par une analyse croisée des perceptions, des attentes et des actions vis-à-vis de la multifonctionnalité selon une approche dialectique multi-échelles, multi-acteurs et selon une vision prospective qui prend en compte les attentes des citoyens et les projets de développement urbain projetés.

 

© Tous droits réservés. Programme canadien de bourses de la Francophonie 2017
Réalisation de Distantia